Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 22 juin 2017

La musique, de Charles Baudelaire

« Fiction ou réalité rebondit sur la petite phrase de Dômi : « La vie est une pièce de théâtre » en la questionnant. Le mot voyage à caser me semble aussi une bonne idée. Et les voyages sont aussi intérieurs. »
Comme en ce moment je (dômi) manque un peu de temps, «  pour le suivi on peut faire comme la dernière quinzaine tout le monde à la barre »
L’important est que tous ceux qui en ont envie puissent participer.
Voyage en poésie, c’est aussi un beau sujet pour les jeudi en poésie.

Voyage, donc sur le théâtre de la vie, et tout le monde à la barre des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°189, dernier de la saison avant les destinations de l'été et de nouveaux projets à la rentrée.

Et si  au lendemain de fête de la musique on alliait musique et voyage avec l'un des poètes qui m'a fait le plus rêvé à l'intérieur de ma tête, au souvenir des quelquefois ou petite fille j'ai découvert les yeux écarquillés comment, caractère de fonte après caractère de fonte, les typographes fabriquaient les livres, en arpentant les allées de l'atelier de l'Imprimerie Alençonnaise ?
A l'ombre du portrait de Poulet-Malassis, courageux éditeur du XIX siècle  à qui les Français doivent de connaître Baudelaire et Edgar Allan Poe grâce à ses premières éditions des Fleurs du Mal de Baudelaire et des Histoires extraordinaires d'Edgar allan Poe traduites par Baudelaire.

La musique

La musique souvent me prend comme une mer !
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile ;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile ;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D'un vaisseau qui souffre ;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l'immense gouffre
Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir !

Charles Baudelaire, La Musique, Les Fleurs du mal,
Spleen et idéal, première édition 1857




Bizet, "Les pêcheurs de perles" , Philippe Talbot, ténor

Charles Baudelaire, 1821 - 1867, poète français
Les Fleurs du Mal, recueil de poèmes englobant la quasi-totalité des poèmes de Baudelaire, première édition 1857 dont six poèmes sont censurés,  éditions ultérieures enrichies de poèmes censurés et des poèmes ultéireurs
Edgar Allan Poe, 1809 - 1849, écrivain, poète et éditeur américain
Histoires extraordinaires, 1856 et Nouvelles Histoires extraordinaires, 1857
Georges Bizet, 1838 - 1875 (dans sa maison de Bougival*), compositeur français notamment de Carmen
Les Pêcheurs de perles, opéra de Bizet créé au Théâtre Lyrique en 1863
Auguste Poulet-Malassis, 1825 - 1878, éditeur et bibliographe alençonnais, d'une famille d'imprimeurs (à la Réforme, impression de la Bible vers 1540). Exilé en Belgique en 1862 pour fuir la prison pour dettes, il a continué à publier à bruxelles des textes prohibés avant de rentrer à Paris en 1875.
Imprimerie Alençonnaise

* Projet vieux de plusieurs années, faire de la maison de Bizet à Bougival l'Espace Carmen d'un Centre Européen de la musique, il vient d'être réactualisé par le lancement d'une souscription Clic ---> 

7 commentaires:

  1. Merci Jeanne, suivant nos humeurs du jour avec ou sans musique et si avec elles choisiront les morceaux, joyeux ou tristes, bon jeudi, bises

    RépondreSupprimer
  2. Superbe choix, Jeanne !!! Une dernière quinzaine qui s'annonce extra !!! Bon matin de ce jeudi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  3. Très bonne association, la musique est voyage et Baudelaire respire en poésie ! Les deux me parlent à cœur !

    RépondreSupprimer
  4. Baudelaire restera mon poète favori !

    RépondreSupprimer
  5. Merci Jeanne pour Baudelaire que j'aime beaucoup je vois que les croqueurs ont un thème . Pour la musique je ne peux qu'être d'accord elle nous permet de voyager dans des univers aussi divers que la lecture et la peinture .
    Bonne journée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Décidément je me régale!
    En voyageant de blogspot en blogspot je decouvre, je retrouve.... et je me dis que tu avais bien raison.
    Tu as fait de ce sujet à peine esquissé quelque chose qui me plaît infiniment.
    Merci Jeanne.
    Bises et douce soirée

    RépondreSupprimer
  7. Merci beaucoup, Jeanne, pardon pour mon retard de lecture. Plaisir de lire Baudelaire et de connaître le courageux éditeur alençonnais, de me rappeler que Baudelaire a traduit Poe. Et de réécouter les Pêcheurs de perle ! Gros bisous.

    RépondreSupprimer