Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 26 octobre 2017

Le pied ... , de Pablo Neruda

Le corps humain en tout ou partie, tel est le fil conducteur des jeudis poésies des CROQUEURS DE MOTS pour le défi n°193 piloté par Martine depuis le Quai des rimes.
J'avais l'intention de rééditer Le nez, un blason du XVIe siècle, genre satirique à la mode à l'époque.
C'était oublier cette merveille relue hier soir car le recueil de Pablo Neruda, Vaguedivague est l'un de mes livres de chevet du moment.


mercredi 25 octobre 2017

Maine de Touraine

Poursuivant mon tour de France en prénoms du mercredi, Maine, en toute logique devait nous ramener dans le Maine où nous avons déjà fait halte. J'ai hésité à descendre la Loire vers l'aval et Nantes pour finalement aller vers l'amont, du côté de Tours, capitale de l'ancienne Touraine, au coeur du Parc Naturel Régional de Maine Anjou Touraine.

lundi 23 octobre 2017

Défi n°193 : C'est pas l'pied !

Oui je sais Ô mon capitaine, pour le défi n°193 des CROQUEURS DE MOTS Martine, depuis son Quai des Rimes, nous invite à écrire en prose ou en vers un texte ayant pour titre «Ça me fait une belle jambe » au sens propre ou celui de l'expression dont l'origine est surprenante.

Je persiste pourtant. C'était le vendredi 13 octobre dernier :

jeudi 19 octobre 2017

Le front, de Maurice Scève

Martine, à la barre du défi n°193 des CROQUEURS DE MOTS depuis son Quai des Rimes nous invitant à parler des belles gambettes invite les poésies du jeudi à célébrer le corps humain (en tout ou en partie).

L'occasion de rééditer un "blason" court poème en vogue au XVIe siècle célébrant une partie du corps humain des femmes de façon plus ou moins explicite en mode élogieux ou satirique pour ne pas dire goujat.

mercredi 18 octobre 2017

Les canards de Donald

Ben oui, incontournable le clin d’œil au célèbre emplumé de Walt Disney si l'on veut éviter les allusions d'actualité à un éléphant qui trompe énormément (mais non pas celui-ci Clic ---> ni celui-là ) :

Les prénoms de la saison 9 (liste prévue jusque fin janvier)

Oui, vous avez bien lu saison 9 ! et comme je me répète de septembres en septembres :
Il y a des traditions dont on ne se lasse pas. C'est ce que j'écrivais pour ouvrir le même billet que celui-ci pour la saison 4, copié-collé en modifiant les numéros pour la saison 5, puis rebelote pour les saisons 6 et 7 et 8.
Pour la 9ème saison, la guinguette des prénoms du mercredi, créée par Bigornette, continue joyeusement sous le préau de Jill Bill, vous savez, dans  La Cour de récré de JB.

jeudi 12 octobre 2017

Les trois messes basses, de Alphonse daudet (extrait, la 2e messe)

Moi-même à la barre du défi n°192 des CROQUEURS DE MOTS, vous invitant une fois de plus à explorer le temps qui passe vous laisse libre-choix pour les jeudis / poésies ou sur les mots clés vitesse et ou lenteur.
Une fois n'est pas coutume (pour moi) et anticipant deux semaines bien chargées, je m'étais hâtée de programmer pour aujourd'hui un poème de la Renaissance que vous avez découvert jeudi dernier chez Colette "Sur ses ailes, Amour, d'un vol en pleine vitesse" deMarc PAPILLON DE LASPHRISE, recueil L'Amour passionnée de Noémie***, 1597.

mercredi 11 octobre 2017

Heures de hasard, herbes de pluie

Pour l'Herbier de poésies, sur une idée lancée avec la page 84 au début de septembre pour un édition au début d'octobre.

dimanche 3 septembre, onze heures

Bretemette de Charleville

Charleville-Mézières dans les Ardennes. D'accord cela ne rime pas avec Bretemette mais quand vous saurez que Charleville-Mézières organise tous les deux ans un festival de marionnettes de réputation mondiale, et que c'était en septembre dernier, vous comprendrez pourquoi j'y fais étape en ce mercredi des prénoms pour la Cour de récré de JB.

lundi 9 octobre 2017

Défi n°192 : "En une heure,"

Moi-même à la barre du défi n°192 des CROQUEURS DE MOTS, je vous invite une fois de plus à explorer le temps qui passe avec la consigne suivante :
"Racontez ou inventez les temps forts d'une heure de votre vie en un minimum de mots. (Idéalement au plus l'équivalent d'une dizaine de nouveaux tweets de 280 caractères)."
A titre d'exemple la consigne précédente fait 2 phrases, 28 mots et 170 caractères.
J'avais initialement l'envie de vous conter brièvement une tranche de vie récente dans la même veine qu'un des premiers billets que j'avais produit dans la blogosphère Clic ---> en septembre 2008. Mon premier jet étant beaucoup trop bavard j'ai eu ensuite l'idée de dégraisser ce vieil article. Croyez-moi, cela n'a pas été facile mais selon OpenOffice, le texte qui suit fait exactement 2796 caractères. Ouf !.

jeudi 5 octobre 2017

Saison des semailles, le soir, de Victor Hugo

Moi-même à la barre du défi n°192 des CROQUEURS DE MOTS, vous invitant une fois de plus à explorer le temps qui passe vous laisse libre-choix pour les jeudis / poésies ou sur les mots clés vitesse et/ou lenteur.
Alors pour commencer et faire suite à la chanson à grand vent du jeudi précédent, et après les labours, j'ai envie de rééditer ce poème de Victor Hugo dont je ne me lasse pas.

mercredi 4 octobre 2017

Conogan le vendéen

Poursuivons notre tour de France des prénoms en allant au pays des Chouans, ces oubliés de la révolution française instruments des aristocrates. Pas toujours cool de simplifier l'Histoire aussi je me garderai bien de remonter aussi loin et me contenterai de relayer la parole de Martine, attentive aux quinquas au chômdu.

lundi 2 octobre 2017

A l'abordage ! Le défi n°192

Me voici à la barre des CROQUEURS DE MOTS à la suite de Jill Bill pour ce défi n°192  et comme le temps est l'une de mes marottes récurrentes à ce poste, voici la feuille de route que je vous propose.

Défi  à publier sur votre blog lundi matin 09/10 :
Racontez ou inventez les temps forts d'une heure de votre vie en un minimum de mots. (Idéalement au plus l'équivalent d'une dizaine de nouveaux tweets de 280 caractères).