Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

lundi 20 novembre 2017

Défi n°195 : Le tableau de famille

Josette à la barre du défi n°195 des CROQUEURS DE MOTS nous dit :
Je vous présente Edmond !A partir de ce tableau (vu dans une brocante) racontez une histoire courte avec les mots incorporés : "Ciel, chaussure, coq, couronne et crapaud."
- Un tableau de famille tu dis ? Mais quelle famille ?
- Pourquoi cette question mon Crapaud ?
- Voyons Mémé, tu vois bien qu'il n'y a aucune ressemblance ! Si, toi je te reconnais dans ta maman. Comme d'habitude tu ne dis rien. Je veux dire elle ne dit rien. Enfin, tu t'es bien rattrapée depuis que tu dis que Pépé est monté au ciel. Lui disait toujours il n'y a rien à en dire. Racontes-moi encore, Mémé ...
- Tu me l'as demandé tant de fois ! Je te l'ai raconté tant de fois !
- A chaque fois tu ajoutes un petit bout. J'ai l'impression d'un puits sans fond !
C'est ce qu'est l'Histoire de l'Humanité tu sais. Que veux-tu encore savoir sur ton grand-père Edmond ?
- Peut-être d'où lui vient ce prénom vieillot ? Avec sa couronne de cheveux roux et ses yeux bleus j'aurais plutôt imaginé Gael ou Tony.
- Pourquoi Anthony ? ...  Marie !
- Oui maman ?
- Je t'avais pourtant prévenue que ton fils était trop jeune pour aller voir Philomena* ! tu aurais mieux fait de lui acheter des chaussures !
- Je sais maman, mais il n'est jamais trop tôt pour dire le vrai. A hauteur de compréhension et des demandes évidemment. Pourquoi aurais-tu descendu du grenier ce tableau oublié alors ?
- ...
- Oh arrête de bougonner, tu sais bien que j'ai raison. Et puis arrête aussi avec ces surnoms ridicules.
- Tu ne voulais déjà pas de Petit coq.
- Ni Crapaud, ni Coq, maman, ni prince, ni chef de clan ! Un enfant maman. Juste un petit garçon qui demande d'où il vient pour avancer sur sa route.

* Philomena, film de Stephen Frears, 2013, adapté du roman de Martin Sixsmith portant sur le sort  des enfants et des mères hors mariage en Irlande jusque dans les années 1970.
Sur le même sujet, The Magdalene Sisters, film de Peter Mullan, 2002.


12 commentaires:

  1. Bonsoir Jeanne... L'Irlande pays des roux, pas drôle on imagine le sort de ces mères avec enfant hors mariage, forcément un enfant se pose des questions sur son père, pas idéale comme famille, mais la vie va aussi ainsi... merci, bises

    RépondreSupprimer
  2. Très, très bon, Jeanne ! Bravo ! J'♥ ! Bonne semaine à toi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  3. Je ne connaissais pas le film. J'ai aimé ta participation. J'ai aussi vu en lui un fils de mère célibataire qui a besoin de savoir. Belle semaine.

    RépondreSupprimer
  4. Une belle réflexion sur ses origines dans cette histoire .
    J'ai vu le film de Peter Mullan mis pas Philomena du e donnes envie de le visionner
    Bonne journée
    bises

    RépondreSupprimer
  5. Les enfants ont besoin de savoir et souvent ce sont les mamies qui savent le mieux expliquer...

    RépondreSupprimer
  6. bien belle histoire à partir de ce tableau-
    ha les surnoms dans les familles--- pas facile de s'en séparer-
    bravo j'aime beaucoup-
    bisous-

    RépondreSupprimer
  7. Les mamies c'est important pour aider à la compréhension de l'incompréhensible !
    merci Jeanne j'aime beaucoup ce rappel de ce film.
    bonne journée et bises

    RépondreSupprimer
  8. ou dire aux enfants à hauteur de compréhension ! ce tableau est très expressif et ne peut que nous faire parler, pardon "écrire". Bonne soirée et bises

    RépondreSupprimer
  9. Les enfants posent des questions auxquelles nous ne savons pas toujours répondre, mais il faut essayer.
    Merci pour ce tableau et les mots écrits.
    Passe une douce journée.

    RépondreSupprimer
  10. Henry de Montherlant a dit ceci : “Les petits enfants mûrissent les grands-parents, je veux dire : les rapprochent du gâtisme.”
    Peut-être que ceci explique cela ;)
    Ton histoire est très émouvante.
    Bisous Jeanne.
    Domi.

    RépondreSupprimer
  11. La nature ayant horreur du vide, "petit garçon " a bien raison de revenir à la charge puisqu'à chaque récit la Mamie dévoile un peu plus de son histoire.
    Bonne soirée Jeanne de la part des Cabardouche.

    RépondreSupprimer
  12. Coucou Jeanne
    Difficile de répondre aux questions des enfants.... sans l'accord des parents ... Chacun a sa façon de vouloir éduquer l'enfant !
    Terrible d'être un enfant sans père à ses côtés ! surtout un garçon...
    J'aime ta participation très sensible et émouvante
    Bisous et merci Jeanne

    RépondreSupprimer