Chaque jour je n'oublie pas Anne-Sophie et ses compagnes d'infortune

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015, 123 en 2016, combien en 2017 ?

(clic sur le lien pour comprendre ... un peu)

jeudi 22 mars 2018

La rose et le réséda, de Louis Aragon

 Luciole est à la barre pour orchestrer le défi n°202 des CROQUEURS DE MOTS et nous faire danser sur un air de tango. Le premier jeudi poésie a célébré les quatre éléments. Ce deuxième jeudi nous interpelle sur "La relation à l'autre".

Il serait trop long de vous dérouler les associations de pensées qui m'ont conduit comme une évidence à ce poème de Louis Aragon, lundi matin en descendant l'escalier au réveil.


Ce poème a été écrit spécialement pour lancer "un appel à l'unité dans la Résistance, par delà les clivages politiques et religieux" et a été largement diffusé sous le manteau après une parution officielle dans une revue collaborationniste, la censure ayant été contournée par la métaphore.

« La Rose et le Réséda »

À Gabriel Péri et d’Estienne d’Orves comme à Guy Môquet et Gilbert Dru*


Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous deux adoraient la belle
Prisonnière des soldats
Lequel montait à l'échelle
Et lequel guettait en bas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Qu'importe comment s'appelle
Cette clarté sur leur pas
Que l'un fût de la chapelle
Et l'autre s'y dérobât
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Tous les deux étaient fidèles
Des lèvres du coeur des bras
Et tous les deux disaient qu'elle
Vive et qui vivra verra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Quand les blés sont sous la grêle
Fou qui fait le délicat
Fou qui songe à ses querelles
Au coeur du commun combat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Du haut de la citadelle
La sentinelle tira
Par deux fois et l'un chancelle
L'autre tombe qui mourra
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Ils sont en prison Lequel
A le plus triste grabat
Lequel plus que l'autre gèle
Lequel préfère les rats
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Un rebelle est un rebelle
Nos sanglots font un seul glas
Et quand vient l'aube cruelle
Passent de vie à trépas
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Répétant le nom de celle
Qu'aucun des deux ne trompa
Et leur sang rouge ruisselle
Même couleur même éclat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
Il coule il coule il se mêle
A la terre qu'il aima
Pour qu'à la saison nouvelle
Mûrisse un raisin muscat
Celui qui croyait au ciel
Celui qui n'y croyait pas
L'un court et l'autre a des ailes
De Bretagne ou du Jura
Et framboise ou mirabelle
Le grillon rechantera
Dites flûte ou violoncelle
Le double amour qui brûla
L'alouette et l'hirondelle
La rose et le réséda


Louis Aragon, mars 1943 (repris dans La Diane française, 1944)
*dédicace de 1944

Histoire de La Rose et le Réséda, - wikipedia
Louis Aragon, 1897 - 1982, poète, romancier et journaliste français
Etude de texte par Copiedouble

Marc Ogeret le chante magnifiquement mais La Tordue, c'est très bien aussi.

11 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce poème que j'avais publié aussi sur mon blog. Beau jeudi.

    RépondreSupprimer
  2. Quel magnifique poème Jeanne.
    J'aime la version de Juliette Gréco.
    https://www.youtube.com/watch?v=WGJmfe_L3yg
    Bises et bon jeudi

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Jeanne,
    J'avais 16 ou 17 ans, je m'essayais alors à la composition de chansons, et ce magnifique poème d'Aragon faisait partie de la liste des textes que j'avais mis en musique. Qui sait, un jour, je partagerai cela sur mon blog... ?
    J'aime beaucoup ces mots qui nous disent que dans la Résistance, face à l'ennemi nazi, des gens de tous horizons, de toutes croyances et de tous bords politiques pouvaient se retrouver et s'unir. Merci pour le rappel de ce chef-d'œuvre !
    Fabrice

    RépondreSupprimer
  4. C'est un poème que j'aime énormément... même chanté. :)
    Merci pour cette page, Jeanne.
    Bisous et douce journée.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce choix Jeanne j'aime beaucoup ce poème d'Aragon .
    Malgré les différences, cette union existe bien quand la liberté est en danger .
    Bonne soirée
    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. je ne connaissais pas ce poème qui est très fort ...
    Merci et bises

    RépondreSupprimer
  7. Superbe choix, Jeanne ! J'♥ beaucoup ! Bonne toute fin de ce jeudi ! Bises♥

    RépondreSupprimer
  8. un poème que j'aime beaucoup aussi

    RépondreSupprimer
  9. Ah j'aime bcp, surtout en chanson ! magnifique !!!
    Merci Jeanne

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir,
    Merci pour ce partage, j'aime.
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  11. C'est beau, c'est fort, c'est Aragon.
    Merci.
    Bisous.
    Domi.

    RépondreSupprimer